ENTRETIEN. Pour Ian Brossat, « promettre la fin de l’immigration, c’est se condamner à l’impuissance ».

Crédit : Juliette JemJuliette Jem
Crédit : Juliette Jem
Crédit photographie : Juliette JEM

Le projet de loi sur l’immigration, intitulé “Pour contrôler l’immigration, améliorer l’intégration” était débattu au Sénat du 6 au 14 novembre. Il a lourdement été endurci par la droite, majoritaire dans la chambre haute. Ian Brossat, porte-parole du PCF et Sénateur de Paris, a mené bataille au Sénat pour démonter les arguments de la droite et de la majorité présidentielle. Entretien. 

Gérald Darmanin se vante de défendre un projet équilibré entre humanité et fermeté. L’ambition serait de mieux intégrer les migrants qui sont là de manière régulière, et dans le même temps, traquer celles et ceux qui sont sans-papiers. Quelle est ta lecture globale sur ce projet de loi ? 

Ce projet de loi est dur, cruel et mesquin. Il propose notamment à ce stade la suppression de l’AME, la limitation du regroupement familial, la restriction du droit du sol…

Je crois qu’il porte une contradiction majeure : il revendique les principes de la République, mais ils foulent aux pieds en votant ce texte les principes de notre République. La majorité présidentielle a eu un regard bienveillant sur la suppression avec ce texte de l’ensemble des dispositifs qui permettent l’intégration des migrants.

Ils se disaient de droite et en même temps de gauche. Ils sont en fait de droite et d’extrême-droite.

Certains articles de la loi, notamment le 3, 4 et 15, semblent, à première vue, représenter des avancées. Des associations comme la CIMADE ou le GISTI ont pourtant mis en avant les limites de ces articles en l’état. Écran de fumée ou réels progrès ?

C’était en effet la promesse initiale de ce texte, mais le volet consacré à la régularisation par le travail a été complètement vidé de sa substance. Finalement, les conditions actuelles de régularisation sont durcies en plus de rester au bon vouloir du préfet et de l’employeur. 

Quels ont été les principaux combats des sénatrices et des sénateurs communistes durant les débats ? 

Les rares avancées concrètes de ce texte ont été obtenues grâce à notre groupe. Elles permettent de garantir aux étrangers leur apprentissage du français par des cours gratuits dispensés localement et l’octroi d’un titre de séjour aux victimes de marchands de sommeil déposant plainte. Ce dernier point est une grande victoire dans la lutte contre l’habitat indigne. 

Y a-t-il un espoir de victoire pour les personnes concernées avec l’arrivée du texte à l’Assemblée nationale ? À quoi vont ressembler les débats ?

À l’Assemblée nationale, nous pouvons espérer que les députés reviennent sur une mesure emblématique : la suppression de l’AME. La tribune offerte à l’extrême-droite, au nom d’un calcul incertain pour mettre LR en difficultés, va se prolonger. Nous pouvons nous attendre encore une fois à des débats bien loin des priorités des Français, notamment de la question du pouvoir d’achat. 

Quel est le projet des communistes sur l’immigration ?

Nous pensons que c’est la situation dans les pays de départ qui pousse à la migration : il y aura toujours autant d’entrants avec ce texte, mais avec des conditions d’accueil et d’intégration lamentables. 

Nous pensons que qui veut porter un diagnostic réaliste et responsable sur les questions migratoires doit confronter le discours aux réalités : il y a un caractère inéluctable aux migrations.

Il faut prendre la mesure du monde tel qu’il est : promettre la fin de l’immigration et un rythme d’expulsion toujours plus élevé, c’est se condamner à l’impuissance. 

Pour nous, il faut mettre fin à ces politiques du “déni migratoire” et « faire avec » l’immigration : en prenant la juste mesure des mouvements de populations, en s’organisant et en anticipant. 

Cela passe notamment par la mise en place de passerelles entre la légalité et l’illégalité. C’est-à-dire régulariser les travailleurs sans papiers et mettre en place des voies légales d’arrivée en Europe. C’est aussi donner à l’administration les moyens de fonctionner.

L’objectif n’est pas d’ouvrir les frontières à tous les vents, mais de prendre réellement notre part dans l’accueil des migrants et des exilés, à la hauteur du poids démographique, économique et juridique de la France.

Darmanin fait le choix de la division des Français, et avec l’immigré et l’étranger, il nomme un bouc émissaire bien connu de l’extrême-droite. Les causes structurelles et profondes des inégalités entre les pays du Nord et du Sud, de la concurrence déloyale, des drames écologiques et sociaux ne sont jamais affrontés : la mondialisation libérale, les marchés financiers dérégulés, les traités de libre-échange.

Ce sentiment de dépossession identitaire est bien davantage à relier à la mondialisation, à l’uniformisation croissante des modes de vie, à la standardisation des pratiques alimentaires, culturelles, linguistiques, et en creux, les nombreux Français qui s’en sentent exclus.

Les traités libre-échange, c’est tout à la fois un contre-sens écologique, agricole, alimentaire, culturel. Je partage la crainte de nos compatriotes de voir disparaître le savoir-faire des agriculteurs et l’excellence des terroirs français, la colère de ne plus être en mesure de distinguer, sur son étal de supermarché, un steak d’une vache élevée dans le Massif Central d’un filet aux hormones qui a traversé l’Atlantique depuis le Canada.

La concurrence déloyale, l’attaque répétée envers nos agriculteurs, la dissolution des repères culturels et alimentaires, voici des questions d’identité dont il convient de se saisir en France, non pas contre les étrangers, mais contre une mondialisation libérale qui n’a que le profit comme boussole. 

Propos recueillis par Assan Lakehoul.

Par Rédaction

Collectif de rédaction d'Avant Garde